vrai « shoot » ferroviaire

1er août, 6H15 « Mesdames, Messieurs, le train TER 881656 départ prévu 6H18, à destination de Toulon, partira voie A. il desservira toutes les gares du parcours »

1er août, 6H17 : « Mesdames, Messieurs, le train TER 881656 à destination de Toulon va partir, prenez garde à la fermeture automatique des portes »

1er août, ,6H18 : le petit bip retentit, les portes se ferment, le train part, donc c’était bien vrai. Jusque là, c’était une probabilité, une probabilité d’autant plus forte que l’heure approchait mais une probabilité. Le moment où la rame s’ébranle doucement, ce moment où la probabilité devient un fait, offre un intense moment de plaisir et de satisfaction, mon train est parti et parti à l’heure !

1er août 6H19, le train a démarré il passe actuellement sous le 1er ouvrage d’art du parcours, un pont. Tout va bien, mieux vaut ne pas le dire trop vite. Il convient de garder à l’esprit que le départ du train même à l’heure ne présage pas toujours de la suite et n’est pas une assurance tout risque d’une arrivée à l’heure prévue.

Mais retour au départ, puisque départ il y eu ce matin, tout va bien, à 6h19 tout va bien ! Et la chose va durer jusqu’à Toulon.

Je suis en pleine « lévitation ferroviaire » trajet idéal où le train s’éloigne des Arcs tranquillement, un contrôleur égrène les gares avec un accent chantant, le même accent du sud que moi, le soleil sort au dessus des montagnes des Maures sous un beau ciel bleu et limpide, arrangeant un décor d’incendie sans les fumées et sans les destructions, le TER est neuf ou presque, l’affluence est aoûtienne, un usager par wagon dans un TER aussi matinal, le calme est total. C’est un jour de reprise du travail après trois semaines de vacances. Je pars sans souci, sans stress, sans tâches urgentes à préparer avant d’arriver au bureau. Je n’ai même pas de livres, j’ai tout lu sur mon balcon pendant mes vacances. Il n’y a pas de voyageur casse couille, genre «  non je n’ai pas de billet mais c’est normal et il n’y a qu’un contrôleur à la con pour pas comprendre que c’est normal » ou encore un champion du mobile qui s’épanche sur des sujets intimes à très haute voix avec l’espérance que les voyageurs vont trouver ses positions audacieuses, intéressantes, ou que sais je encore ? La SNCF n’a pas l’exclusivité pour emmerder ses voyageurs.

C’est le voyage flânerie, je n’ai même pas envie de dormir.

L’arrivée à Toulon est à l’heure, la petite marche est revigorante dans les rayons de soleil du matin déjà chauds mais encore agréables.

Je viens de vivre une expérience de « lévitation ferroviaire », désolé je me répète.

Vivez une fois, une fois seulement, cette sensation de lévitation cet instant magique où tout marche à la perfection, où vous semblez être dans ce train comme sur un tapis volant, vous saurez instantanément que vous venez de vivre quelque chose d’extraordinaire, ce moment où tout marche à la SNCF où tout marche et tout marche en même temps et dans le même sens, ce moment de nirvana où le TER marche à l’exta.

C’est le shoot parfait, le pied, la défonce, l’envol, l’extase, tout ce que vous voudrez.

Vous êtes comme le drogué qui vient de vivre son premier shoot, une expérience démentielle, des sensations folles, qu’il n’aura de cesse de vouloir renouveler quite à y laisser sa santé, ses économies, son cerveau, sa vie, …

Mais la comparaison s’arrête là.

Pour commencer il n’existe aucun dealer pour ce genre de trip, pour vous approvisionner en « lévitation ferroviaire », la SNCF en ayant gardé jalousement le monopole absolu.

Ensuite vous ne courrez aucun risque d’accoutumance vu la rareté et l’irrégularité des occasions de trip fournies par la SNCF.

Enfin la SNCF est bien le seul dealer qui prenne soin lui-même de vous éviter ce terrible risque de dépendance en veillant à réduire au maximum vos occasions de vous envoyer en l’air et mieux à vous désintoxiquant régulièrement, en vous ramenant sur les quais par des exercices imposés appelés grève, chute de caténaire, présence de personnes sur la voie, arrêt de travail d’une catégorie de personnel, difficulté dans la gestion du trafic ou dans l’acheminement d’un agent …

La gamme des traitements de désintoxication mis au point par la SNCF est sans fin, sans faille et diablement efficace et tous les départs de train ne se passent pas toujours dans ces conditions idylliques et ce même 881656 n’est pas logé tous les matins à la même enseigne.

Publicités
Cet article, publié dans humouristique, poétique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s