Gentil contrôleur

je vais vous parler d’un « gentil contrôleur ». Ce n’est pas le premier ni le dernier, la plupart d’entre eux sont sympathiques, serviables, à l’écoute. La scène s’est passée en 2007 quelques mois après la mise en œuvre de l’abonnement annuel et ce Monsieur est une preuve vivante que la SNCF peut quand elle veut et heureusement elle veut le plus souvent, il faut bien le reconnaître.

C’est un monsieur qui doit avoir la quarantaine environ, il est un peu ventripotent et son surpoids l’handicape légèrement au moment de gravir les marches qui mènent à l’étage en pleine accélération du train après un arrêt en gare.

Il arrive à moi, direct, je suis seul à l’étage 

  • Bonjour, contrôle des titres de transport

Je lui tends mon abonnement mensuel qu’il vérifie puis il me dit 

  • Vous êtes au courant de l’abonnement annuel ?
  • Non, je ne connais pas
  • Vous circulez toute l’année ?
  • Oui depuis 6 ans
  • Alors c’est intéressant pour vous. Vous pouvez vous abonner à l’année, vous payez moins cher, vous recevez vos cartes mensuelles automatiquement directement chez vous, vous pouvez le suspendre pendant vos congés et vous ne remplissez l’attestation employeur qu’une fois par an
  • Oui, c’est intéressant pour moi
  • Je vois si je peux vous donner une brochure

Il revient au bout de quelques minutes, me donne une brochure, me montre ce qu’il m’avait rapidement expliqué et me dit

  • Mes collègues aux guichets pourront mieux vous informer

Je le remercie et promet d’aller au guichet. Sauf que ce gentil contrôleur m’a clairement exposé ce qu’aucun des commerciaux de la SNCF n’a pris le temps de m’expliquer alors que je me présente depuis des mois, chaque fin de mois pour acheter mon abonnement. Sauf que sa société n’a pas pris la peine, ou pas eu l’idée, de me proposer cette offre par courrier, alors qu’elle détient depuis des années mes attestations nominatives de travail et mes coordonnées personnelles & professionnelles avec.

Bref, le contrôleur est au contact direct de ses usagers, il en bave quand cet usager ne le respecte pas, il en bave quand ses collègues ne respectent plus rien, il en bave quand la technique déconne mais il fait front. Plus que n’importe quel voyageur. Il passe une partie importante de sa vie dans le train il en connaît les aléas comme personne et les subit durement.

Mais plus que n’importe quel agent, il passe sa vie avec les voyageurs, il connaît donc l’usager ou le client mieux que quiconque et j’ai comme dans l’idée que les siennes, d’idées, comptent pour du beurre au profit de ses collègues syndicalistes, d’autant plus actifs au syndicat et engagés dans la lutte qu’ils y voient le meilleur moyen de ne plus voir ni train ni usager pour se contenter d’avoir des idées sur les uns sur les autres et sur le métier de contrôleur entre autre.

C’est tellement plus reposant de se vautrer dans un dialogue de sourd avec sa direction, ce monstre difforme, mal intentionné, malveillant … que d’en affronter les conséquences sur le terrain !

Publicités
Cet article, publié dans dialogue, je les aime, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s