SYNDIQUES

Dans mes rires et dans mes pleurs

Dans la douceur, dans la douleur

Sans le taire ou sans le dire

Je vous maudis

 

Avec la foi, la mauvaise foi

En une fois ou en plusieurs

Avec le cœur, à contre coeur

Je vous maudis

 

A Vidauban ou à Pignan

Dans les Sollies ou devant Cuers

A Gonfaron ou à Toulon

Je vous maudis

 

En matinée et en soirée

Pour mes allés pour mes retours

Du point du jour jusqu’à toujours

Je vous maudis

 

Dans les olives et dans les vignes

dans les berges et dans la plaine

dans le chimique ou dans le bio

soyez maudits

 

Dans la nuit noire ou sous la lune

Dans les miroirs d’un ciel d’étoile

Dessous la toile ou en plein ciel

Je vous maudis

 

En partant ou en restant

En plaisantant ou en pestant

En attendant en arrivant

Je vous maudis

 

dans la lumière de chaque aurore

entre les verts les reflets d’or

quand je m’éclaire, quand je m’endors

je vous maudis

 

Sous le couvert d’un ciel d’orage

Dans les éclairs dans les nuages

Quand le tonnerre se met en rage

Je vous maudis

 

Dans un grand jour, dans la galère

En plein jour, en plein mystère

Que je sois pour, que je laisse faire

Je vous maudis

 

Quand la tentation est trop forte

Quand la volonté n’est plus faite

Oubliés des cieux ou bénis

Je vous maudis

 

Dans le froid, la canicule

Sur les ailes de la libellule

En chemise ou en gros pull

Je vous … maudis

 

De long en large de quais en quais,

Comme un seigneur, comme un laquais

Tout esseulé ou par paquets

Je vous maudis

 

Que je sois fou que je sois sage

En liberté ou bien cage

dans la cité dans mon village

je vous maudis

 

 

Au plus profond de mon sommeil

Quand mes nuits restent en éveil

Quand le réveil troue mes oreilles

Je vous maudis

 

En première ou en seconde

De la première à la dernière

Heure minute ou seconde

Je vous maudis

 

Souvent vous nous bloquez nos voies

Quand vous vous éraillez la voix

A raconter n’importe quoi

je vous maudis

 

sur les quais de mon ennui

où parfois commence ma nuit

aussi perdu qu’au fond d’un puits

je vous maudis

 

et la voix off douce et pure

qui  nous annonce et nous torture

avec des retards qui durent

je la maudis

 

pourtant elle est bien la seule

qui nous parle et nous cajole

quand les agents se la jouent drôle

je les maudis

 

elle serait même mon espoir

si elle pouvait concevoir

des robots comme elle et les voir

vous remplacer

Syndiqués

 

Désolé Paul d’avoir pris la liberté de dévoyer la tienne

signé: foudutrain, abonné du TER SCNF en PACA

Publicités
Cet article, publié dans KLU KLUX RAIL, les syndicats ..., poétique, polémiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s